Les algorithmes naturels définis par Bernard Chazelle

Je vous invite à découvrir la vidéo de Bernard Chazelle qui nous explique simplement comment la nature va nous aider à progresser dans la connaissance et le développement des algorithmes que l’on utilise tous les jours…

Catherine De Wolf et Etienne Klein : le monde de demain

2 articles récemment lus dans la newsletter de Soon Soon Soon me donne matière pour réagir : Etienne Klein , lors de la Up conférence, dit : « La société n’imagine plus son futur, elle n’a pas de projet collectif. De ce fait, aujourd’hui, l’innovation est mise en avant pour elle-même. L’idée est d’innover pour innover, et non pour remplir un objectif. Or il faut donner une finalité à l’innovation, sinon elle est mortifère. Il est nécessaire d’avoir un imaginaire. »

Le futur de notre société, le projet collectif en mesure de la mobiliser, passe de manière certaine par la protection de notre planète. Catherine De Wolf, ingénieur architecte au MIT, l’appelle écologie.

Peu importe les termes employés, l’essentiel consiste à concentrer toutes ces belles énergies créatives humaines vers l’action !!!

 

 

 

 

L’humour est-il la meilleure façon de sensibiliser le public aux questions d’écologie ?

Protea Celia

 

Emotion et répétition sont les deux ingrédients indispensables à la mémorisation d’un message et à l’évolution des comportements. L’émotion peut-être dans la menace, la crainte de ce qui nous attend ou dans le rire, la joie. Dans les 2 cas, c’est le sens de l’urgence qui doit être compris …… A la différence près que c’est plus agréable de comprendre en souriant ! Ce n’est sans doute pas un hasard si cette campagne est née en Asie.

En Chine, une superficie grande comme 2 fois la France est devenue tellement irrespirable que l’on envisage de créer des villes sous cloche rassemblant les conditions climatiques de la méditerranée avec soleil garanti (là bien-sûr, on ne sourit plus du tout !)

Lire la suite ici….

 

Les défricheurs d’Eric Dupin

Le dernieindex2r ouvrage d’Eric Dupin, journaliste et essayiste, intitulé « Les défricheurs », nous démontre que nous sommes de plus en plus nombreux à désirer un avenir autre que celui de la seule société de consommation. Les sociologues nous appellent les culturels créatifs ou plus concrètement les « petits bobos-gaucho-écolo-classe-moyenne éduquée » Je préfère la deuxième dénomination, beaucoup plus concrète, même si elle est longue à lire!

– Remettre l’humain au centre de l’activité économique, mettre en phase sa conviction personnelle de la nécessité d’un moindre impact sur notre environnement avec ses actes quotidiens, prendre en main son avenir et ne pas attendre que quelqu’un d’autre, et l’Etat en particulier en France, le fasse – sont les points communs de cette communauté.

Les portraits sont fouillés et très réalistes : on y lit les bons et les mauvais côtés des expériences menées, dont l’objectif est de tester d’autres moteurs de production et de développement de nos sociétés. Des commencements de réponses aux questions que nous nous posons tous s’y trouvent. Bonne lecture…..

 

 

 

 

Une innovation biomimétique reçoit un financement conséquent de la part de la BPI

Une première en France : La société Gecko Biomedical poursuit le développement de ses adhésifs tissulaires liquides grâce à un financement de 1,3 million d’euros de la part de la banque publique d’investissement!

viastratego.info_biomimicLa vidéo explicative de Jeff Karp, cofondateur et directeur du comité scientifique de la start up….

Innover, oui, mais pas à n’importe quel prix financier, social et environnemental !

En 1999, Ray Anderson, le CEO de la société INTERFACE, fabricant de dalles de moquette, déclarait  « In the future, people like me will go to jail. » . Aujourd’hui, sa société est en avance sur son plan stratégique « Zéro Déchets  en 2020 ». Ce dirigeant visionnaire a su prendre le tournant de la responsabilité environnementale et le mener à bien. Il est possible d’innover de manière responsable simplement et avec efficacité. C’est avant tout une question de vision de la part du dirigeant et de bonnes intentions.

Qu’est ce que l’innovation responsable ? ampoulearbre

Xavier Pavie vient d’en publier une définition dans le magazine Harvard Business Review. Nous partageons cette définition au sein de l’agence. En voici les détails :

« « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » affirmait Rabelais au XVIe siècle. Pouvait-il imaginer que, cinq siècles plus tard, cette question serait à la pointe de l’actualité ? Le faisait-il pour tempérer les propos de son quasi contemporain Descartes qui, lui, allait lancer le siècle dans la modernité en proposant de « nous rendre comme maître et possesseur de la Nature » ?

C’est bien de ces deux dimensions proposées par Rabelais et Descartes qu’il faut partir pour comprendre ce qu’est l’innovation responsable, à ne pas confondre avec l’innovation sociale ou sociétale. En France notamment, l’amalgame est courant. L’enjeu de l’innovation sociale est d’innover pour mieux appréhender les problématiques des populations les plus défavorisées, quitte à ne pas toujours être responsable (on peut ainsi imaginer qu’une voiture à bas prix pour un accès facile soit fabriquée avec des matériaux polluants). L’innovation responsable, pour sa part, ne cherche pas forcément à être sociale. Son objet est d’intégrer, tout au long des processus d’innovation, de la conception à la mise sur le marché, des mesures favorisant le respect de l’environnement, l’utilisation de matériaux non polluants, le tri des déchets, le recyclage, la protection des ouvriers, des clients, des collaborateurs, etc. Elle vise à évaluer les conséquences d’une innovation. »

….Innover de façon responsable, c’est donc faire preuve de maturité et de sagesse : innover, d’accord, mais pas à n’importe quel prix. L’innovateur doit comprendre son rôle et son impact dans la cité. La proposition de l’innovation responsable est donc celle d’innover conformément à des processus qui s’articulent autour de la performance et du leadership, mais aussi à des méthodes qui préservent l’intégrité de son écosystème.    »

La méthode la plus adaptée pour innover en préservant « l’intégrité de notre écosystème » est celle qui utilise les principes de la nature, à travers le biomimétisme . Le biomiméquizz®, développé par notre agence, permet de faire un audit simple et rapide des innovations possibles au sein de votre entreprise, en combinant les 10 principes de la nature aux outils du marketing opérationnel. Les innovations retenues sont respectueuses de l’environnement et désirables pour les clients.